Pulse

Welzijn, comfort en belevingen

Des immeubles de bureaux éloignés, sans commerce ni établissement de l’horeca à proximité, que l’on peine à rejoindre avec les transports en commun ? Hors de question. « Le manque actuel de nouveaux espaces de bureaux entrave la croissance du marché flamand des bureaux, surtout à Anvers et à Gand. Parallèlement, on constate une augmentation du nombre de projets immobiliers dans les petites villes. » Les nouveaux espaces de bureaux Pulse à Gand comblent partiellement ce manque. 

« Bien-être, confort et expériences. Avec ces atouts, les entreprises peuvent attirer la prochaine génération de travailleurs. Sur fond de chasse aux talents, la génération Y décide pour qui elle veut travailler. Les jeunes travailleurs veulent savoir ce que le marché peut leur offrir avant de choisir l’endroit où ils commencent leur carrière. Par conséquent, les entreprises peuvent saisir l’opportunité de se distinguer en mettant tout en œuvre pour créer des ‘bureaux sympas’ où les travailleurs aiment travailler », affirme Ronny Nuten, Head of Office Agency chez CEUSTERS. Dans le secteur depuis plus de vingt ans, il connaît le marché des bureaux par cœur. 

« En général, ces jeunes n’ont pas de permis de conduire, ils veulent donc vivre et travailler en ville. Il est essentiel de pouvoir utiliser les transports en commun à proximité du site, ce qui explique le succès de projets tels que Post X et The Link à Anvers. Turnhout accueille un autre exemple de nouveau projet de coworking, les bureaux du Niefhout, à un jet de pierre de la gare et à quelques pas du centre. Ces projets constituent une réussite pour plusieurs raisons, mais l’emplacement et la proximité des commerces et des établissements de l’horeca sont déterminants. Facilement accessibles en voiture et avec les transports en commun, les bureaux offrent d’excellentes alternatives pour ceux qui veulent éviter les embouteillages. De même, on trouve de plus en plus d’espaces de coworking dans les environnements commerciaux. 

Les départements RH sont de plus en plus impliqués dans le choix de l’emplacement des bureaux. Les bars, restaurants, infrastructures sportives et crèches environnantes en tirent évidemment profit. Surtout si les entreprises ne peuvent pas en proposer. On peut citer l’exemple de The Loop à Gand, où cette question divise actuellement les esprits. Cependant, les choses vont probablement changer sous peu avec l’arrivée du nouveau projet de bureaux de Banimmo, auquel sont associées plusieurs infrastructures et solutions dans le domaine de l’horeca. Ce sont des atouts indispensables pour attirer les talents recherchés. » 

D’après Ronny Nuten, la Belgique manque cruellement d’espaces de bureaux modernes, surtout à Bruxelles, à Anvers et à Gand. « Tant que nous attendons de nouveaux projets immobiliers, nous n’avons pas d’autre choix que de travailler avec les bâtiments qui existent. Ces bâtiments sont généralement moins durables et peu efficaces sur le plan énergétique. » 

Ces dernières années, on a constaté une tendance à l’essor de villes intermédiaires. « Comme nous l’avons déjà indiqué, Turnhout a beaucoup à offrir à ceux qui veulent éviter les embouteillages d’Anvers. Saint-Nicolas en est aussi un bon exemple. » 

Le coworking à proximité des commerces devient la norme

« Si l’on prend Bruxelles et son vaste réseau de transports en commun, on constate que les gens cherchent au maximum à éviter le centre-ville parce qu’ils ont peur des villes. Il est pratiquement impossible d’atteindre le centre en voiture et les villes voisines, comme Malines et Alost, en récoltent les fruits. » « Une ville se distingue davantage que les autres villes flamandes : il s’agit de Waregem entre Courtrai et Gand. La Flandre occidentale reste un marché particulier, qui compte de nombreuses petites entreprises familiales privilégiant l’achat d’un bien immobilier à la location. Nous constatons à présent que bon nombre d’entre elles cherchent des jeunes talents pour diriger leurs départements R&D. Elles ne disposent pas de l’espace nécessaire au sein de l’entreprise pour accueillir ces nouveaux travailleurs, d’où le succès des immeubles de bureaux du  Waregem Business Park à proximité de la sortie d’autoroute de Waregem. Malgré le fait qu’on accorde une attention croissante à l’environnement et aux Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, les jeunes talents reçoivent généralement une voiture de société. Cela complique l’installation d’un immeuble à proximité des gares, car le nombre d’emplacements de parking sur une superficie de 100 m² y est beaucoup moins élevé. Nous constatons toutefois que les mentalités évoluent, sous l’impulsion de la gestion des frais de transport du personnel par les entreprises. » 

Waregem Business Park
Niefhout