Roelevard

Coronavirus ou pas, le projet innovant de réhabilitation de la gare de Roulers tourne à nouveau à plein régime, moyennant les mesures de précaution nécessaires. Les promoteurs du projet, ION et Steenoven, ont terminé les préparatifs et entreront dans le vif du sujet après l’été. Et il convient de souligner que le projet de rénovation urbaine est entièrement neutre en CO2, grâce au raccordement sur le réseau de chaleur de MIROM, évitant la consommation de combustibles fossiles, aux 9 toitures végétales, aux 3 800 m² d’espaces verts comprenant 59 arbres et à la situation centrale qui permettra aux habitants et aux utilisateurs des bureaux d’utiliser moins souvent la voiture. Le projet est à peine lancé qu’il suscite d’ores et déjà un vif intérêt.

En pleine accélération

Roelevard

Ce ne fut pas une mince affaire, mais nous y sommes enfin : le projet de rénovation urbaine « Roelevard » à Roulers est en pleine accélération. Les travaux commenceront après l’été. Ce projet innovant, qui compte 81 appartements, 6 000 mètres carrés de bureaux, 650 mètres carrés de commerces, un parking souterrain pouvant accueillir 144 voitures, 82 remises, 288 abris pour vélos privés et un parking public pour 60 vélos, non seulement modifiera radicalement l’apparence du quartier de la gare, mais deviendra aussi le projet de référence en matière de construction durable. En effet, Steenoven et ION, les promoteurs du projet issus de Flandre occidentale qui réalisent ensemble Roelevard, ont résolument opté pour un projet (entièrement) neutre en CO2. 

« Renforcer au maximum les espaces verts lorsque nous le pouvions était déjà un objectif de taille pour ce projet. Mais à l’heure actuelle, construire dans le respect de l’environnement est une obligation sociétale. Nous y sommes parvenus en réfléchissant au choix des matériaux et à la consommation d’énergie. » 

Davy Demuynck, CEO d’ION 

 

Un pionnier dans le domaine des réseaux de chaleur

Roelevard

Roulers est une ville pionnière en Flandre en ce qui concerne les réseaux de chaleur. La chaleur résiduelle libérée dans l’installation de combustion des déchets de l’intercommunale MIROM est utilisée depuis 1986 via un réseau souterrain de canalisations pour chauffer de nombreux bâtiments et produire de l’eau chaude sanitaire. Et ce mode de chauffage a également été retenu pour Roelevard, la plus grande rénovation de la ville depuis des années. Par conséquent, les habitants et utilisateurs ne doivent pas utiliser de combustibles fossiles et il n’y a aucune émission de CO2, ce qui est bénéfique pour le climat. De plus, d’après le promoteur, cette technique est très fiable et ne coûte pas plus cher que le chauffage au gaz naturel. 

« La durabilité n’est pas une notion vide de sens pour Steenoven, en témoigne l’importance accordée aux espaces verts à Roelevard : 9 toitures végétales, ce qui représente 3 800 mètres carrés d’herbes, de fleurs et de plantes, et 59 arbres. L’eau de pluie est recueillie et utilisée pour arroser les toitures végétales et les espaces verts sur la place. » 

Bart Vanderdonckt, CEO de Steenoven 


 

Deux bâtiments, une seule identité

Roelevard

L’équipe d’architecture mondialement connue Snøhetta/B2Ai a dessiné deux bâtiments (Lux et Bronze) ayant une identité commune pour le site de Roelevard. Les racines scandinaves de Snøhetta et leur vision de l’habitat et du travail modernes s’expriment par une attention particulière accordée à l’intimité, à la durabilité, au design intemporel et à la qualité. Snøhetta est un nom bien connu dans le monde de l’architecture, grâce à un portefeuille de superbes projets comme l’Opera House à Oslo, le nouveau Times Square à New York et le Memorial Museum à Ground Zero. 

Lux s’étend du quatrième au treizième niveau dans la tour de 45 mètres de hauteur qui donne sur la Stationsplein et compte 45 appartements d’une superficie au sol allant de 75 à 135 mètres carrés. La cascade de niveaux produit des terrasses exceptionnelles associées à de grandes toitures végétales remplies de fleurs et de plantes. Les appartements sont de véritables villas avec jardin dans la ville en hauteur. La majeure partie des bureaux (5 150 mètres carrés) se trouve également dans ce bâtiment, tout comme 250 mètres carrés d’espaces commerciaux. 

Formant l’angle de la Stationsdreef avec la Spoorweglaan, l’architecture du bâtiment Bronze varie progressivement de trois à cinq niveaux. Cette partie du projet compte 36 appartements, d’une surface habitable allant de 76 à 123 mètres carrés, 850 mètres carrés de bureaux, 500 mètres carrés de commerces et une tribune publique donnant sur la Stationsplein. Par beau temps, cet endroit peut devenir un agréable espace de rencontre pour les travailleurs de Roelevard et les passants. Les deux places du site prennent forme par leur jeu avec les volumes de construction. 

« La durabilité implique aussi un minimum de déplacements. Comme lors de la création d’une microsociété en ville, un site où l’on peut vivre, travailler et faire des achats. C’est Roelevard. Le résultat : moins de perte de temps, une productivité accrue et une meilleure qualité de vie et de travail. » 

Bart Vanderdonckt, CEO de Steenoven 

 

Un important potentiel d’expérience

Roelevard

Roelevard montre comment on peut accroître les possibilités d’expérience en ville grâce à une architecture forte et à un aménagement du territoire bien pensé. 

« L’équilibre entre l’architecture et l’environnement, ainsi qu’entre l’intérieur et l’extérieur caractérise ce projet. L’utilisation optimale des espaces, l’orientation des bureaux, le choix de matériaux de grande qualité et la luminosité naturelle qui a libre cours permettent d’obtenir un concept intemporel et un confort de travail durable. » 

Davy Demuynck, CEO d’ION 

Le projet est à peine lancé qu’il suscite d’ores et déjà un vif intérêt auprès de candidats acheteurs et de locataires potentiels. Le projet devrait se terminer en 2023-2024.